Solidarité

Maisons de santé pluriprofessionnelles

3 nouvelles MSP fin 2014

page07---04_XCG0618.jpg
La MSP de Casteljaloux accueille de nombreux professionnels, comme par exemple une kinésithérapeute.

Le Conseil général souhaite enrayer la pénurie de médecins annoncée en Lot-et-Garonne, et notamment en milieu rural. En 2009, il a mis en place une formule inédite avec la Coddem* qui aujourd’hui porte ses fruits. Le département est plus attractif et offre des modalités d’exercice originales aux jeunes médecins dans des structures d’accueil nouvelles : les maisons de santé pluriprofessionnelles. Celles de Miramont, Saint‑Sylvestre et Laroque ouvrent en fin d’année.

Parce que les jeunes générations de médecins généralistes n’entrevoient plus la pratique médicale de la même manière que leurs aînés, le Conseil général a œuvré, en étroite collaboration avec les acteurs publics et les professionnels de santé, pour leur proposer un cadre d’exercice médical nouveau.


Le chiffre


« Ne plus exercer tout seul, travailler en groupe et à temps réduit, faire en sorte que les patients soient pris en charge de manière globale », précise Jean‑Marcel Mourgues, président de l’ordre des médecins, sont aujourd’hui autant de solutions offertes par la pratique de la médecine générale en maison de santé pluriprofessionnelles. 4 sont déjà ouvertes.


Point de vue : Joël Hocquelet


Trois autres vont ouvrir d’ici la fin de l’année : celles de Miramont, de Saint‑Sylvestre et de Laroque ouvrent en novembre‑décembre. Toutes regroupent au sein de leur pôle de santé médecins, plusieurs professionnels issus du paramédical (infirmier, kinésithérapeute, podologue, sage‑femme, etc.) et des personnels de services sociaux et médico‑sociaux.


Ce renouveau aura également pu se faire grâce aux actions menées auprès des étudiants stagiaires en médecine générale durant leurs études en particulier dans le département.


Des aides pour attirer les jeunes médecins


* Coddem : Commission départementale de démographie médicale coprésidée par le Conseil général, la Préfecture et l’ARS (Agence régionale de santé).


La démographie médicale en Lot‑et‑Garonne