Dossier

Réseau routier

Objectifs sécurité routière et désenclavement du territoire

V2_XCG7286.jpg
D233. Enrobé réalisé. Prochaine étape : le marquage au sol (Villeneuve-sur-Lot / Penne-d’Agenais).

Comme beaucoup de chantiers réalisés en extérieur, les travaux routiers sont essentiellement effectués à la période des beaux jours. En Lot‑et‑Garonne, on ne déroge pas à cette règle ! C’est ainsi que le Conseil général a entrepris de nombreux chantiers durant l’été. Car entretenir le réseau routier départemental, c’est garantir des meilleures conditions de circulation mais surtout renforcer la sécurité des usagers, désenclaver certains territoires et desservir les zones économiques. Pour répondre à ces besoins, le Département a consacré cette année 27,6 M€ à l’entretien et la modernisation de ses 3 000 km de routes.

Sur le réseau routier départemental, il existe deux types d’axes de circulation. Le réseau routier principal dit structurant est celui qui relie les principaux pôles d’habitation et d’activités et qui recense les axes les plus empruntés. Le réseau routier secondaire est pour sa part constitué de tous les axes routiers qui ne figurent pas dans le réseau structurant et qui sont empruntés essentiellement pour des trajets domicile - travail.


En chiffres


En matière de modernisation du réseau routier, les deux principaux objectifs sont la sécurisation des routes et le développement économique en facilitant l’accès des zones d’activité. « Pas un seul chantier, pas un seul projet n’est engagé sans avoir en tête ces préoccupations », souligne Patrick Cassany, 1er vice‑président en charge de l’Aménagement du territoire, des Infrastructures et du Transport. En effet, les travaux engagés sur les routes émanent des attentes des usagers. Mieux desservir une zone d’activités, refaire le revêtement d’un axe très emprunté au quotidien, notamment par les poids lourds, améliorer la visibilité d’un carrefour, reprendre la courbe d’un virage trop accentué… sont ainsi les chantiers réalisés le plus fréquemment par le Conseil général.


Maison de la mobilité à Villeneuve‑sur‑Lot


Outre les travaux menés sur les routes départementales, et parce que ces axes ne s’arrêtent pas aux entrées des villages, le Département finance les aménagements de voirie réalisés par les communes, telles les réfections de traversée des bourgs. Afin de sécuriser les centres bourgs, les mairies repensent les flux de circulation, détournent les poids lourds, refont les trottoirs… Tous ces chantiers, menés sous maîtrise d’ouvrage communale, sont ainsi aidés par le Département. En 2014, il a consacré plus de 11 M€ à cet effet.