Ça bouge !

Occitan

page-22---crepes_oc.png
© Dépt. 47 - Xavier Chambelland

La Candelièra

La Candelièra es una anciana fèsta pagana latina venguda una fèsta religiosa.

Lo nom « Candelièra » ven del latin : festa candelarum (o « fèsta de las candèlas »).

La Candelièra es celebrada lo 2 de febrièr, siá 40 jorns aprèp Nadal. Es la darrièra fèsta del cicle de Nadal.

La Candelièra, festejada coma fèsta profana, es tanben lo « jorn dels pescajons ». Segon la tradicion, aquela costuma vendriá del Papa Gelasi 1èr, que fasiá distribuir de pescajons als pelegrins arribats a Roma.

Se ditz tanben que los pescajons de forma redonda e daurada, rementan lo disc solar e evòcan la tornada de la prima aprèp l’ivèrn escur e freg.

En país occitan, se fa « virar los pescajons » a la Candelièra. : Per èstre ric, cal téner al meteis temps que lo margue de la padena amb la quala se fa sautar los pescajons una pèça d’aur o d’argent. Se se pòt mandar lo primièr sus l’armari, lo bonur es assegurat tota l’annada.

Es una subrevivéncia de cultes pagans : d’accessòris de la fèsta (ciri, pescajon..) son sacralizats ; es la fèsta del retorn de la lutz, de la debuta del trabalh de la tèrra e d’una annada agricòla novèla. Coma se ditz en Gasconha : Ièr heurèr, aneit Candelèr, doman la hèsta deu boèr (que va poder trabalhar). O encara : se hèi sorelh per la Candelièra, plèu ben sovent sus la garbèra.

Lo ciri de la Candelièra es alucat cada còp que tròna e que se crenta un auratge violent.

La Chandeleur

La Chandeleur est une ancienne fête païenne latine devenue une fête religieuse.

Le nom « Chandeleur » vient du latin : festa candelarum (ou « fête des chandelles»).

La Chandeleur est célébrée le 2 février, soit 40 jours après Noël. C’est la dernière fête du cycle de Noël.

La Chandeleur, fête profane, est aussi le « jour des crêpes ». Selon la tradition, cette coutume viendrait du Pape Gèlase 1er qui faisait distribuer des crêpes aux pèlerins arrivés à Rome.

On dit aussi que les crêpes de forme arrondie et dorée, rappellent le disque solaire et évoquent le retour du printemps après l’hiver sombre et froid.

En pays occitan on fait « tourner les crêpes » à la Chandeleur. : Pour être riche, il faut tenir en même temps que le manche de la poêle avec laquelle on fait sauter les crêpes une pièce d’or ou d’argent. Si on peut envoyer la première sur l’armoire le bonheur est assuré pour toute l’année.

C’est une survivance de cultes païens : des accessoires de la fête sont sacralisés ; c’est la fête du retour de la lumière, du début des travaux des champs et d’une nouvelle année agricole. Comme on dit en en Gascogne : 1er février, aujourd’hui Chandeleur, demain la fête du laboureur (qui va pouvoir travailler). Ou encore : s’il fait soleil pour la Chandeleur, il pleut bien souvent sur la gerbière.

Le cierge de la Chandeleur est allumé chaque fois que le tonnerre gronde et qu’on craint un orage violent.

Coordonnées de l'auteur de cette chronique
Jean-Pierre Hilaire
06 76 47 32 12
Jean-pierre.hilaire@wanadoo.fr