Ça bouge !

Le 47, terre de cinéma

Ça tourne encore…

page-20---BIS-Tournage-_La-Verrue_-a-Agen-le-30_10_2020-c-Sud-Ouest.png
Réalisé par Sarah Lasry et produit par Balade sauvage production, le tournage du court-métrage « La Verrue » s’est déroulé du 26 au 30 octobre à Buzet-sur-Baïse et au Passage d’Agen. Ici le 30 octobre dans un cabinet de dermatologie au Passage d'Agen - © Sud-Ouest

Avec huit films tournés en 2020 en Lot-et-Garonne, le Bureau d’accueil et de tournage du Lot-et-Garonne (BAT47) a su tirer son épingle du jeu en dépit du Covid et des confinements. Le protocole sanitaire strict mis en place sur chaque plateau a rassuré les producteurs et les comédiens.

Malgré la crise sanitaire, « l’année 2020 a été une année riche pour nous ! ». Hervé Bonnet, le directeur du BAT 47, le Bureau d’accueil et de tournage du Lot-et-Garonne, ne peut que constater les chiffres. « Nous avons accueilli huit films soit un long-métrage, deux documentaires, un moyen-métrage et quatre courts-métrages, ce qui est très important. » En effet, habituellement le BAT accompagne cinq voire six projets de films dans une année. Depuis sa création en 2012, cette structure a permis le tournage de près d’une cinquantaine de films. « En 2020, notre équipe était sur le pont quotidiennement. Et notre activité incessante nous a permis de ne mettre aucun de nos collaborateurs au chômage. » Ainsi, le dernier long-métrage de Stéphane Brizé « Un autre monde » a pu être tourné à l’aube de la pandémie, en février 2020, à Agen et ses alentours. « Déconnecté.e.s : les oubliés du numérique », le documentaire télé de 52 minutes de Fanny Fontan et Romain Fiorucci produit par 13 Productions pour France 3 Nouvelle-Aquitaine, a quant à lui été réalisé en juin alors qu’il était initialement prévu en avril en plein confinement ! De même, le tournage de « Fumel, après le silence », le documentaire télé de Fabrice Main produit par Dublin films en coproduction avec France 3 Nouvelle-Aquitaine, a pu se dérouler courant 2020 sur les lieux de l’usine et ses alentours. C’est du 26 au 30 octobre à Buzet-sur-Baïse et au Passage qu’a eu lieu le tournage du court-métrage « La verrue » de Sarah Lasry produit par Balade sauvage production. Le scénario a été réécrit pour s’adapter à la saison automnale. À l’origine, l’histoire se déroulait en effet en août.

Tous ces opus ont pu voir le jour grâce à un respect scrupuleux du protocole sanitaire en vigueur. En effet, le BAT a endossé le rôle de conseil pour aider les sociétés de production à le mettre en place. « Nous récoltions les informations pour que les tournages se passent dans les meilleures conditions possibles et aucune difficulté n’a été rencontrée. » Le protocole sanitaire a été respecté à la lettre. « Je me suis rendu sur un tournage, tout le monde portait un masque, les gels hydroalcooliques étaient à portée de main, une désinfection des accessoires s’opérait entre chaque prise et un référent Covid veillait au grain sur chaque plateau », détaille le directeur du BAT. Nourri d’une forte détermination et d’une envie d’avancer, le BAT prévoit une année 2021 florissante. « Aujourd’hui, les prévisions sont plutôt bonnes. Nous allons accueillir cette année quatre courts-métrages entre les mois de janvier et de mai. Nous travaillons également sur la venue de deux longs-métrages en mars et août. » Affaire à suivre…

Comett : la plateforme pour éduquer à l’image

Fin janvier, une nouvelle plateforme gratuite devrait voir le jour sous l’impulsion du BAT47. Baptisé Comett, ce projet « ambitieux et complexe » doit permettre aux scolaires de se familiariser à l’image. Cet outil abritera les courts-métrages tournés en Lot-et-Garonne, des vidéos pédagogiques analysant ces films, des ateliers ainsi qu’un abécédaire illustré. « Par cette plateforme nous souhaitons vraiment éduquer à l’image nos jeunes. L’enseignant projettera le court-métrage en classe, puis la vidéo pédagogique pour qu’un dialogue s’instaure ensuite », explique Hervé Bonnet, le directeur du BAT 47.

En attendant que les salles obscures se rallument…