À la pointe

Savoir-faire

Une coiffeuse connectée

page-11-coiffeuse.png
© Dépt. 47 - Xavier Chambelland

On les disait « non-essentiels ». Confinement décrété, leurs commerces restaient fermés. Pourtant, sans ces artisans du quotidien, la vie s’est ralentie. Certains, comme Virginie Périn, coiffeuse à Feugarolles, ont cependant su garder contact avec leur clientèle pour survivre ou simplement vivre.

En partenariat avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat

Lorsqu’en 2007, Virginie Périn, âgée de 24 ans, ouvre son salon de coiffure « Entre-nous » à Feugarolles, bourg de 100 habitants, elle n’imagine pas que ce « lieu de vie et de convivialité » pour des gens souvent isolés sera un jour fermé car considéré comme « non-essentiel ». Un qualificatif qui l’attriste et la révolte même.

Elle accueille en effet chaque jour du mardi au samedi, femme, homme et enfant, dans ce lieu qui est bien plus qu’un simple salon de coiffure. Il porte bien son nom « Entre-nous » ! Endroit de convivialité, de lien social et de coiffure, c’est un rendez-vous habituel et attendu pour beaucoup. Aussi, pendant le deuxième confinement 2020, a-t-elle décidé de garder contact avec sa clientèle en diffusant une vidéo par jour sur son compte Facebook. « Je ne voulais pas que mon commerce soit fermé et ne vive plus. En plus des livraisons de kit coloration et de produits pour ma clientèle établies lors du premier confinement, les clients avaient vraiment besoin qu’on soit là et qu’on ne les oublie pas. Alors, la vidéo est née, une par jour, un lien social avec nos clients “essentielsˮ pour le moral parce qu’il en faut du moral ! »

Sur Facebook, elle a partagé les infos professionnelles du salon et les clients ont apprécié. À son retour, ils l’ont félicitée pour cette super idée et ont avoué qu’ils attendaient chaque soir la vidéo avec impatience. Plus de 500 personnes ont suivi l’aventure du salon en confinement. Aujourd’hui, Virginie a retrouvé ses amis et clients de Facebook. Elle constate encore et encore, combien son commerce « non-essentiel » fait partie intégrante de la vie locale. Elle travaille avec sa collègue toute la semaine et s’en réjouit !

Salon de coiffure « Entre-nous »